François Fillon en meeting à Lille face à 5000 personnes

Mardi 18 avril, le candidat des Républicains à l’élection présidentielle a tenu un de ses derniers meetings à Lille Grand Palais face à 5000 personnes, là où Nicolas Sarkozy avait lancé sa campagne en 2012. Un meeting placé sous le signe de la menace terroriste. Le matin même, deux hommes de 23 et 29 ans ont été arrêtés à Marseille, soupçonnés de préparer un attentat imminent avec François Fillon comme cible principale. Un important dispositif policier a été déployé autour de l’événement avec notamment une surveillance par hélicoptère de l’arrivée du candidat. « S’il y a un sujet qui a été laissé de côté dans cette campagne présidentielle, même s’il vient spectaculairement de se rappeler à nous, c’est le terrorisme » a-t-il souligné.

Vainqueur de la primaire de la droite et du centre en novembre 2017, François Fillon a attaqué ses concurrents, notamment Emmanuel Macron, grand favori de la campagne présidentielle : « Il n’a pas compris ce qui fait la France […] Sa campagne est du plastique et sa présidence serait du blabla« , a-t-il lancé à propos d’Emmanuel Macron. Il a affirmé son attachement au projet européen : « Oui je suis un souverainiste qui milite pour une Europe souveraine ! Lorsque la France est faible, elle subit l’Europe. Lorsqu’elle est puissante, elle conduit l’Europe« , crie le candidat des Républicains.  Le travail, un de ses thèmes de prédilection, a été évoqué pendant plus d’une demi-heure. « L’Etat ne doit pas considérer les entreprises comme des troupeaux, mais des partenaires » a-t-il affirmé. Il a également évoqué la « lourdeur » d’un Code du Travail devenu « une jungle de 3500 pages« .

Le « rassemblement » et « l’unité » étaient les maîtres mots de ce meeting. François Fillon met un terme à une campagne difficile, rythmée par les révelations de la presse et les déboires avec la justice. Après sa victoire « surprise » à la primaire de la droite, le candidat était alors en position de force, deuxième dans les intentions de vote. Au fur et à mesure des révelations du Canard Enchaîné, à propos des emplois fictifs qu’auraient occupés son épouse Penelope Fillon, le candidat a perdu nombre de ses soutiens, comme Bruno Le Maire, ou Patrick Stefanini, son ex-directeur de campagne.

Ses soutiens, eux, étaient toujours présents pour soutenir leur candidat.

Olivier, 55 ans , directeur d’un établissement médico-social, Amiens

« Cela fait 35 ans que je milite, l’enjeu de cette présidentielle est crucial : Je ne veux pas de second tour Mélenchon-Le Pen ! Fillon a un programme de redressement sérieux et responsable, mais aussi social. On a besoin d’un homme d’Etat, il a le charisme, l’expérience et le sang-froid de l’homme qu’il nous faut aujourd’hui et pour les années à venir. Dans les autres candidats, je vois beaucoup de démagogie, des irresponsables … Chez Macron aussi. Les « petits » candidats sont bien sympathiques mais n’ont rien à dire, ils polluent le débat. »

Karl (étudiant en Sciences-Politiques) et Claudia (étudiante en 3ème année d’administration publique) , 20 ans tous les deux , de Lille.

Karl : « Je suis là pour soutenir celui que je considère être le meilleur ! C’est le seul à avoir une stature de chef d’état, et un vrai projet. »

Claudia : « Je suis là par curiosité, j’hésite entre un vote Front National ou Les Républicains au 1er tour. »

Karl : « Fillon a un bon projet économique sérieux et audacieux, il propose aussi des mesures intéressantes pour lutter contre l’immigration. »

Claudia : « Son programme sur l’identité française me plaît, il me rappelle celui de Marine Le Pen ; son programme sur l’éducation aussi : priorité aux fondamentaux à l’école ! »

Karl : «  Les autres candidats ne sont pas sérieux, sont démagogiques … Et tous de gauche, sans exception ! »

Claudia :  « Je suis d’accord avec Karl, sauf sur Marine Le Pen. Mais elle est plus souple qu’avant, et en voulant changer, elle perd l’essence de ce qui faisait le Front. »

Camille, 20 ans, étudiante en droit, Amiens

« Je suis venue soutenir François Fillon, il a gagné les primaires. Je me reconnais dans ce qu’il dit par rapport à la famille, l’éducation, l’Europe, la sécurité… Je me reconnais complètement dans ce programme, en fait. Mon père est chef d’entreprise, Fillon propose les meilleures solutions pour recréer de l’emploi, la gauche n’a rien fait pour arranger la situation. On alourdit les charges, on ne crée plus d’emplois …

Macron, c’est le vide intersidéral, il n’a pas de carrure, même s’il a parfois des bonnes idées, comme sur les 35 heures. Mais il ne va pas au bout de ce qu’il dit, voire il change d’avis. En plus, il reste un ministre de Hollande. Le Pen ne siège jamais en région, ça montre bien que ce n’est qu’un parti contestataire qui profite des problèmes pour exister.

Manon, 19 ans (étudiante en langue) , Léa 17 ans (Terminale ES)

« On est venues soutenir notre candidat et son programme. »

Manon : « Je retiens son programme économique. Francois Fillon est aussi quelqu’un de très charismatique. »

Léa : « C’est le seul qui ait un programme cohérent. »

Manon : « Macron n’est pas cohérent. Pour le reste, il y a beaucoup d’idées extrêmes dans cette campagne, même chez les petits candidats. »

Léa : « Oui, leurs programmes sont flous. »

Raymonde, 74 ans, retraitée habitant dans l’Aisne

« Fillon, je le suis partout ! J’ai même été le voir au Trocadéro. Mon soutien à ce candidat est assez récent, depuis le début des primaires. Avant, j’étais Sarkozyste ! Selon moi, Fillon a le meilleur programme et le plus réaliste. Il a aussi à ses côtés le meilleur groupe de soutiens, il est appuyé par un bon entourage. Il est très sérieux dans sa façon d’être malgré tout ce que peuvent dire les médias à son propos. Il est resté droit malgré ses affaires. Mélenchon pour moi c’est un clown ! Mais c’est un tribun également. Puis chez Macron, il n’y a rien de solide. »

Sabine Banach-Finez, 44 ans, conseillère régionale aux cotés de Xavier Bertrand/Maire adjointe à Noyelles sous Lens (62221) [Avec Jonathan Madau, son directeur de campagne pour les législatives]

« Fillon est mon candidat, celui de ma famille politique, c’est important d’être présent dans la lignée du premier tour.

Je soutiens son volet économique, la partie sur la baisse des charges pour embaucher des apprentis. Dans ma zone, Lens, on a des gros problèmes de précarité, de chômage des jeunes… Les mesures qu’il propose vont relancer l’emploi.

Les autres candidats ? Je travaille à la région depuis 15 mois, j’ai vu Marine Le Pen une journée et demi, c’est un record ! Elle surfe sur les problèmes des gens, mais n’a pas de solution à part sortir de l’Europe. Mais comme dit Fillon, il y aurait effectivement des choses à y changer. Macron aime tout le monde ! Son programme de gauche est dans la continuité de Hollande. »

Baptiste, 23 ans, étudiant de Sciences Politiques. Venu d’Amiens

« Je soutiens Fillon depuis les primaires, je viens d’une famille d’agriculteurs et ce qu’il propose dans ce domaine me touche en tant que fils d’agriculteur. Il veut abroger par ordonnance toutes les normes ajoutée à la réglementation européenne. C’est le meilleur candidat qui défend l’agriculture, le FN prétend la défendre mais en réalité, ils ne défendent en aucun cas la ruralité. Fillon aborde les vrais problèmes des français, c’est ce qu’il nous faut. Il évoque la trop grande quantité dans le secteur administratif et il a raison. C’est le seul candidat qui est vraiment présidentiel, il est droit dans ses bottes. Même si je le trouve trop strict, je pense que c’est ce dont la France a besoin. Pour moi les autres candidats ne l’égalent pas. Mélenchon, c’est l’URSS, c’est le retour au communisme. Hamon, il est inexistant, il va signer l’arrêt de mort du PS. Macron, c’est un fanfaron. Et Marine Le Pen, c’est beaucoup de blabla. »

Liliane et Christian, travailleurs indépendants retraités. De Gand (Belgique) [N’étant pas français, ils ne peuvent pas voter mais viennent soutenir]

Lilliane : « Nous sommes venus soutenir un homme remarquable, la main sur le coeur, et qui connaît son métier mieux que personne. Et, surtout, il dit la vérité ! C’est le fondement de tout. C’est la troisième fois qu’on vient le voir durant cette campagne, après le Trocadéro et la Porte de Versailles. François Fillon est axé sur l’économie pour redresser la France, c’est le noyau pour bâtir les avantages dont tous rêvent. Il faut épargner, investir, distribuer… Comme dans tous les ménages et chez les indépendants !

Hollande, et ses 75 % de contributions ont fait fuir les gens avec des capitaux, pourtant nécéssaires pour investir. 75 % de rien, ça ne fait toujours rien ! [rires]. Macron est intelligent et rusé, mais doir mûrir encore. »

Christian : « Je crains un peu qu’il soit la marionnette du grand capital mondial, comme Goldman Sachs. Fillon lui, cherche des capitaux français, pour investir en France.

On ne peut pas accepter que, du jour au lendemain, d’un coup de baguette magique, on décide de délocaliser. On ne peut même plus garantir du travail à nos enfants ! »

Liliane : «Quand on voyage on se rend compte de certaines choses. En 1995 en Pologne, c’était pauvre. Aujourd’hui ça l’est toujours, mais comme ici à Lille ou à Bruxelles. »

Gregory, 46 ans en invalidité professionnelle. De Lille

« Je suis là par sympathie pour Fillon, mais aussi là pour la famille, la droite. Je soutiens Fillon depuis très longtemps, même pendant les élections de Chirac. Je suis colleur d’affiches pour sa campagne, je trouve qu’il a une bonne tête de président. Dans cette campagne, il n’y a que lui qui tienne la route. En plus, il a beaucoup d’ancienneté. Fillon, c’est un homme qui a besoin d’aide. Tout ce déchaînement médiatique m’a encore plus motivé à le soutenir, c’est une vraie injustice ! Je sens que tout ce qu’il prévoit pour la France va être appliqué de manière immédiate. Les autres candidats pour moi ne valent pas grand chose. Mélenchon n’est qu’une simple façade, Hamon, ce malheureux, essaye tant bien que mal de sauver le PS. Et Macron, il est trop dans la finance, et pas assez dans la politique. »

Jean-Louis, 61 ans, architecte et Sophie, 56 ans. Originaires de Lille

« Je suis venu en tant que sympathisant, je le soutiens depuis le début des primaires. Il fait un constat de la société française qui est assez juste. Il propose de bonnes solutions pour rétablir notre pays. Il redonne une dignité et un positionnement à la France dans le monde. Sa solution est d’atteindre une forme de subsidiarité en renforçant les mesures. Il veut que la France retrouve un niveau d’action convenable, c’est d’ailleurs le message qu’il a fait passer ce soir en disant “J’ai choisi la liberté”. Son discours était très construit. Ce que j’apprécie chez lui, c’est sa posture, son autorité et sa volonté.

Il faut s’interroger au projet avant la faiblesse de l’homme. Puis, si on attend l’homme présidentiel parfait, on ne le trouvera pas. Dans le discours des autres candidats, je ne retrouve pas les mots qui m’ont touché dans le discours de Fillon. Macron représente l’irréalisme, le relativisme pur. Mélenchon a un programme trop visionnaire, il y a comme une forme d’utopisme chez lui. »

Charles, 20 ans, étudiant en fac d’ingenierie. Méghan, 22 ans, étudiante en kiné. (Tous deux originaires de Lille)

 « On est venus voir plus en profondeur son programme. »

Charles :  « Médiatiquement, on dit pas mal de choses sur lui, moi j’ai vraiment voulu voir ce qu’il propose. Je ne voterais pas pour lui. Fillon, c’est vraiment dans le dernier des cas ! »

Méghan :  « Je pense que Fillon serait largement passé s’il n’y avait pas eu toutes ces affaires contre lui. Dans son programme, il parle de remettre l’école dans le droit chemin et c’est intéressant. C’est aussi le cas pour sa réforme sur la police, c’est un point positif. »

Charles :  « Il parle beaucoup de réformes qui coûteraient de l’argent, mais moi, je me demande vraiment d’où il peut réussir à rassembler la somme pour appliquer ce qu’il propose. »

Méghan :  « Fillon représente la droite conservatrice. Je le trouve très strict, même sur la forme de son discours, ce n’est pas un bon orateur. »

Et les autres candidats, vous en pensez quoi ?

Charles :  « Macron, c’est la figure du jeune président. Dans son programme, il y a des points positifs, mais les points négatifs pèsent beaucoup comme la suppression du RSI. Puis Mélenchon à mon goût, il est un peu trop soviétique. »

Méghan :  « Marine Le Pen, elle incarne la figure de l’extrême droite en faisant croire qu’elle n’est plus dans l’extrême. Cheminade me fait de la peine, personne ne le connaît alors qu’il s’est présenté aux présidentielles à trois reprises. On aurait pu avoir un choix plus vaste si tous les candidats étaient sur un même pied d’égalité, c’est dommage. »

Propos recueillis par Amale Ajebli, Irvin Decampe, et Clément Bolano.
Photographies : Clément Bolano.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :